Au cœur de Noël, la famille

 Comment fête-t-on Noël quand nos proches résident à Actionmarguerite? Qu’est-ce que ça change aux traditions familiales? La famille Morin, dont les parents Léo et Yvette résident à Actionmarguerite Saint-Vital depuis trois ans, témoigne.

 Pour la famille Morin, les Fêtes de Noël ont toujours été un temps de rassemblement familial fort, attendu et important.

Leur fille, Carole Robidoux, raconte : « Mom et Dad faisaient toujours un gros Réveillon. Avant ça, Mom avait fait des pâtisseries pour des mois d’avance. » Yvette Morin intervient en souriant : « Ah oui, il y avait en masse de pâtisseries! Et du sucré-salé aussi. »

Après la messe de Minuit où ils se rendaient tous ensemble, toute la famille se rassemblait pour le Réveillon, avec parfois quelques invités surprise. Yvette Morin explique : « On avait toujours notre porte ouverte. Si quelqu’un n’avait personne pour Noël, on l’invitait à venir chez nous. On a déjà été près de 80 personnes! »

Une autre tradition avait lieu le lendemain, quand la famille envoyait ses vœux de Fêtes via la radio. « C’est CKSB qui offrait ça, se souvient Carole. On pouvait appeler pour souhaiter un Joyeux Noël à d’autres. Chez nous, c’était une tradition d’appeler CKSB le jour de Noël pour envoyer nos beaux souhaits à nos familles loin d’ici. »

L’entrée à Actionmarguerite du patriarche et de la matriarche ont-ils rompu les traditions familiales? La famille estime que non. Certes, les choses ont changé, mais la transition avait commencé bien avant Actionmarguerite et s’est faite progressivement.

Carole Robidoux : « On a d’abord arrêté d’aller à la messe de Minuit quand il y a eu tous les petits-enfants. On allait à la messe plus tôt dans la soirée. Puis on a arrêté de faire la veillée chez mes parents. On la faisait chez moi. Mais mes parents achetaient toujours une montagne de cadeaux pour leurs sept petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants! »

À l’âge de 62 ans, Yvette Morin a subi une rupture d’anévrisme. Ceci a mené à une autre transition : celle de la personne derrière les fourneaux de Noël. Sa fille poursuit : « Après son anévrisme, elle voulait toujours faire ses pâtisseries, mais elle avait besoin d’aide. Alors pendant trois ou quatre ans, je suis allée la chercher et nous avons cuisiné ensemble pendant deux jours. »

Si l’installation à Actionmarguerite d’Yvette et son mari ont obligé la matriarche à réduire sa participation en cuisine, le couple reste bien présent pour les Fêtes. Leurs enfants louent une salle et toute la famille proche, c’est-à-dire une trentaine de personnes, se rassemble.

À ce jour, chez eux comme à Actionmarguerite, Léo et Yvette Morin n’ont pas manqué une seule fête familiale de Noël, sauf en 2018.

La sœur de Carole, Jeannette Morin-Kitkoski, précise : « L’an dernier, on a dû annuler notre fête de famille le 24 décembre car mes parents étaient malades. Ils étaient donc en quarantaine. Heureusement, ils allaient mieux le lendemain. Ils ont pu sortir et on a pu fêter tous ensemble, le 25 décembre. »

Non seulement ils n’ont presque rien manqué de tous les Noëls en famille, mais Actionmarguerite leur offre davantage de moments à partager.

Jeannette Morin-Kitkoski : « Il y a toujours une soirée à Actionmarguerite où le monde vient décorer l’arbre de Noël. Chaque résident met quelque chose sur l’arbre. Il y a aussi la veillée de chants. C’est ouvert aux familles et je viens aux deux avec mes parents. »

Yvette Morin apprécie beaucoup l’ambiance de ces moments festifs à Actionmarguerite.

« Notre routine familiale de Noël a beaucoup changé, mais c’est normal, affirme Carole Robidoux. Toutes les routines changent, pour tout le monde, pour diverses raisons. Mais le plus important pour mes parents, c’est d’avoir le monde autour d’eux. C’est la rencontre de famille, au son de la musique de Noël qui amène de la joie et de beaux souvenirs. C’est ça pour eux le cœur de Noël. Et ça, on l’a toujours gardé. »

Léo Morin renchérit : « Ça, et de voir les enfants ouvrir leurs cadeaux! C’est ça que je préfère à Noël. D’ailleurs, parfois je leur montre un petit bout de leur cadeau avant. Je n’ai jamais pu attendre! »

Pour lire le bulletin Hiver 2019 faites le lien.